Faire ses propres semis intérieurs

Faire ses propres semis intérieurs

Par Émilie Ould-Aklouche

Pourquoi ne pas profiter de cette période de confinement pour faire un peu de jardinage? Il est encore trop tôt pour jardiner à l’extérieur, mais la période des semis n’est pas encore terminée! Si vous n’avez pas le nécessaire, il est possible d’acheter vos produits sur internet! Seul ou en famille, lancez-vous dans cette activité facile et apaisante : du plaisir garanti! Voici quelques conseils pour les débutants.

De quoi avez-vous besoin?

De lumière

Pour réussir vos semis, il faudra leur offrir le plus de lumière possible. Profitez de la lumière naturelle du soleil : une pièce avec une grande fenêtre orientée vers l’est ou le sud pourra répondre à leurs besoins.

Vous aurez aussi besoin d’un peu de matériel.

Des semences

Il y a des semis intérieurs qu’on fait au mois de mars, d’autres au mois d’avril et certain au mois de mai. Pour savoir ce que vous pouvez semer à l’intérieur à cette période, référez-vous aux calendriers de semis pour la région de Montréal.

Des semenciers québécois proposent une grande variété de cultivars de qualité, adaptées à nos climats.

Du terreau

Il existe des terreaux pour semis. Les terreaux de rempotage pour plantes intérieures peuvent tout aussi bien convenir pour commencer!

Des contenants et étiquettes

Vous pouvez réutiliser les contenants que vous avez sous la main :  pots de margarine, pots de yogourt et même briques de lait découpées… le tout bien lavé et percé d’un trou pour le drainage! Les barquettes transparentes de viennoiseries peuvent même servir de dôme pour conserver l’humidité lors de la germination. De la même façon, les étiquettes peuvent être découpées dans les couvercles des pots de yogourt ou de margarine… Les jardineries vendent aussi des plateaux multicellules.

Grand contenant pour mélanger l’eau au terreau.

Un vaporisateur (idéal pour éviter de déplacer les graines, mais il est possible de faire sans).

 Comment procéder?

Verser le terreau dans le grand contenant, puis ajouter de l’eau tiède petit à petit. Mélanger avec les mains en écrasant les mottons. Le terreau doit être bien humidifié, mais pas détrempé!

Petit test :

Prenez une poignée de mélange dans une main et écrasez-le. Lorsque vous rouvrez la main, le mélange devrait se tenir. Si le mélange ne se tient pas, il est trop sec : continuer à ajouter de l’eau petit à petit. Si l’eau dégouline, cela veut dire qu’il y a trop d’eau : rajouter du terreau.

Mettre le terreau humide dans les pots sans l’écraser. Soulevez le contenant à quelques pouces de hauteur et laissez-le tomber pour tasser le terreau.

Semer les graines et recouvrez-les de trois fois leurs épaisseurs de terreau.

Si vous avez suffisamment de semences, vous pouvez mettre 2-3 graines par cellules (ou rapprochées) au cas où certaines ne pousseraient pas.

Pour les graines les plus grosses, faites un petit trou, déposez-y la graine et recouvrez-là de terreau. Pour les plus petites, comme les graines de basilic par exemple, ne faites pas de trous : déposez-les directement sur le terreau, poussez très légèrement du bout du doigt et recouvrez les d’un tout petit peu de terreau.

Faites votre étiquette avec le nom du cultivar et la date de semis pour identifier ce que vous venez de semer.

Vaporiser d’eau tiède avec le jet le plus diffus du vaporisateur. Si vous n’en avez pas, faites couler l’eau doucement afin de ne pas déloger les graines.

Placez dans un endroit chaud de la maison de 21 à 24 degrés (à ce stade-ci, pas besoin de lumière).  Maintenez ensuite le terreau humide en vaporisant régulièrement.

Si vous avez un dôme, vous pouvez recouvrir les contenants ce qui conservera l’humidité le temps de la germination. Une fois les plantules apparues, vous pourrez le retirer.

Placez les semis à la lumière (sans quoi ils s’étioleront, ce qui les rendra fragiles).

Si des plantules poussent trop rapprochées, gardez la plus forte et coupez les autres.

Surveillez bien les arrosages : quand le terreau devient sec, arrosez ou versez de l’eau tiède dans un plateau dans lequel vous mettrez les contenants troués jusqu’à ce que le terreau soit à nouveau imbibé d’eau.

PRÊT(E)S? … À VOS SEMIS!

(2ème partie à venir : Le repiquage, l’acclimatation des semis et la transplantation extérieure)

Instagram
Facebook
Retour